INSTALLATION

- Durée-

Loop

2016

- Texte -

Tableau lumineux sur lequel est disposé le ruban encreur de la machine à écrire, trace d'une écriture parallèle à la recherche plastique. Le texte amène une réflexion sur le corps de l'entre-deux, sur l'impossible stabilité de l'identité de genre.

Un corps, une identité en constante mutation, fluide, insaisissable

 

.

- Projection vidéo -

La caméra parcourt un espace indéterminé, se perd dans ce lieu sans repère. cet espace incarne l'impossibilité de fixer le genre, de le définir. Le mouvement est continu, infini, la caméra ne peut se fixer, l'image devient floue.

L'installation comporte une projection vidéo en grand format ainsi que, sur le mur latéral, un tableau lumineux avec un texte.

- Titre -

Sans titre

Extrait vidéo

[ Une révolution menée par des corps pirates.
Corps subversifs, mutations perturbatrices,

métamorphose politique.
Transition corporelle menant à une identité multiple. Classification impossible.
Corps de l’entre-deux.
Personnages subversifs.
Identité troublante.
Mouvement perpétuel entre symboles masculins et féminins,

menant à l’abandon des repères.
Signes visuels indéchiffrables.
Apparence illisible.
Multiplier les déclinaisons, déstabiliser le système.

Vouloir l’indétermination, choisir l’indétermination. Terroristes du genre,
Gender Hacker.
Drag,
Trans,
Androgyne,
Gender Fluid,
PanGender.] 

Noémie Praz ©
All rights reserved