PERFORMANCE

- Son -

A gauche: lecture du témoignage d’un transgenre (female to male).
A droite : lecture du témoignage d’une exploration identitaire, questionnant le système binaire des genres, se définissant comme agenré ou neutrois ainsi que transgenre.
Les deux textes sont diffusés simultanément. La voix n’est pas forcément celle de la personne qui se tient devant le haut parleur. Les performeurs se confondent avec le public. 

- Action -

Deux personnes se tiennent chacune debout devant un haut parleur. Après un certain temps, les deux personnes échangent leur place. A la fin de la bande sonore, les deux personnes quittent la salle.

Alternatives: Lausanne, trois personnes performent, dont une dans le public, elles échangent leur place à deux reprises. Martigny, les deux personnes changent de coiffures durant la performance, s’attachant ou se détachant les cheveux. 

- Titre -

J'utilise différents mots pour me décrire

- Durée-

Environ 15 minutes

- Photographie -

Performance à Aarau, au Forum Schlossplatz, à Lausanne lors du festival Hors-lit et à Martigny au Manoir. 

2014 - 2015

“ Je prends de la testostérone depuis un an et 8 mois et

j’ai été opéré il y a 9 mois. La chose la plus importante
que j’ai faite est que j’ai dit à mon entourage que je questionnais mon genre et que je voulais essayer d’avoir un nom au genre neutre et utiliser des pronoms masculins. ” 

“ J’utilise différents mots pour me décrire. Le mot que j’utilise le plus souvent est androgyne. Un autre mot que j’utilise souvent pour me décrire c’est agenré, j’ai l’impression que j’ai des caractéristiques masculines et féminines mais j’ai l’impression que c’est plutôt à cause de la façon qu’a la société d’assigner un genre à des caractéristiques plus que moi qui posséderais simultanément deux genres binaires.”

  

“ C’est pour ça que le genre queer m’a plu, et dès que j’ai découvert le terme genre queer, l’idée d’apparaître androgyne physiquement m’a attiré, l’idée que je puisse apparaître au gens sans qu’ils sachent si je suis une fille ou un garçon. ”

Remerciements: Adrien Praz, Marilyne Kölbl, Ludovic Crausaz, Louis Gasser et Mathilde Heu

Noémie Praz ©
All rights reserved